Publication d'emplois
Questions des employeurs

Comment répondre à « Quel est votre plus grand défaut? »

Comment répondre à la question des employeurs : Quel est votre plus grand défaut?

Cette question est un classique. Elle permet d’en apprendre davantage sur vous à propos de faiblesses que vous n’afficherez probablement pas durant l’entrevue. Il nous est tous déjà arrivé de figer lorsque cette question est sortie de la bouche de notre interlocuteur lors de notre premier entretien d’embauche. Nous nous sommes dit que nous serions préparés pour la prochaine fois, mais à chaque fois, notre réponse est un peu embêtante, nous avons l’impression de nous emmêler les pinceaux et d’avoir mal réussi l’entrevue. Il existe plusieurs façons de répondre à la question : Quel est votre plus grand défaut? En voici trois que vous pourrez mettre en pratique dans vos futures entrevues. Évidemment, vous devez demeurer sincère, l’inverse se ressentirait.

1. Parler de compétences améliorées

C’est-à-dire, lorsque l’on vous demandera votre plus grand défaut vous pouvez tourner la réponse pour parler d’une faiblesse sur laquelle vous avez travaillé. En plus de répondre à la question, vous démontrez à la personne en face de vous que vous êtes une personne modeste qui travaille sur soi-même dans le but de s’améliorer. Pensez à ne pas parler de compétences clés pour l’emploi. Cela pourrait avoir l’effet pervers de faire douter de vos acquis et de vos qualifications pour le poste.

Par exemple, Pierre est un pigiste qui applique pour un contrat de rédaction : Les chiffres m’ont souvent fait peur. C’est pourquoi je me suis spécialisé dans la rédaction puisque les mots n’ont plus de secrets pour moi. Par contre, lors de mon précédent emploi, j’ai eu à utiliser divers outils d’analyses pour voir la portée de mes articles. J’ai réussi à améliorer grandement mes compétences avec les chiffres tout en appliquant celles-ci à mon travail de rédaction.

2. Parler de compétences non essentielles

Dans une même mesure que le premier point, ici on peut être honnête et nommer l’un de nos défauts. Par contre, en prenant soin de choisir un défaut qui ne nuira pas à notre poste. Puisque votre défaut ne sera pas essentiel à la bonne réussite de votre tâche, cela ne vous nuira pas. Évidemment, pensez à bien évaluer la portée de vos mots. Ce que l’on veut dire par là, c’est qu’en nommant l’une de vos faiblesses, vous devez vous assurer qu’elle n’est pas essentielle au succès de l’emploi, mais également que l’employeur comprend bien ce que vous essayez de dire. Si vous appliquez pour donner des formations et dites que vous n’êtes pas à l’aise de parler devant plusieurs personnes, cela ne passera pas puisque c’est probablement l’une des compétences les plus importantes.

Par exemple, Alice est une pigiste appliquant pour un contrat de design : Personnellement, ma plus grande crainte est de m’adresser à une foule. Je suis une personne assez réservée et parler devant plusieurs personnes me demande un grand effort. Par contre, j’apprécie parler de mes idées et de l’aspect créatif de mon travail devant un comité puisque je me sens compétente lorsqu’il en est question.

3. Transformer un défaut en qualité

Tous les défauts de ne s’équivalent pas. D’ailleurs, il y a moyen de transformer en qualité ce qui, pour certains postes, serait un défaut. Être pointilleux au point d’en avoir un T.O.C. peut être vu comme un défaut, ou un atout! C’est à vous qu’il revient de vendre ce défaut comme étant une qualité permettant d’offrir un produit de qualité. Malgré ce que vous choisirez comme défaut, vous devez mentionner que vous savez que vous avez ce défaut, mais que cela ne vous empêche pas d’être productif. En effet, c’est ce qui peut retomber d’un défaut comme celui que nous vous avons donné.

Par exemple : Frédérique est pigiste et applique pour un contrat en comptabilité : Je suis une femme anxieuse. Depuis l’école où j’avais l’anxiété de bien performer à aujourd’hui, je me rappelle toujours avoir voulu être efficace dans ce que j’entreprenais. Cependant, cela me permet de toujours prendre de l’avance et je ne livre jamais de rapport en retard. Cette anxiété n’influe cependant pas sur le reste de ma vie où je suis une personne balancée qui aime bouger et sortir de sa zone de confort.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.